Au cours de l’hivers avant notre départ, j’ai passé plusieurs journées à Lorient, à l’Abri Syklett, l’atelier participatif et solidaire du collectif Syklett, pour préparer nos vélos.

Avec l’aide financière des Cycles Chedaleux à St Avé, à côté de Vannes, et l’aide pratique et technique de Renan, Maxime et Marin de l’Abri Syklett, nous avons pu changer, à moindre coût, quelques pièces importantes des transmissions des vélos :

  • les pédaliers et leur roulement,
  • les pédales,
  • un dérailleur arrière,
  • les chaines,
  • les cassettes,
  • les câbles et les gaines des dérailleurs,
  • les indexeurs de vitesses (shifters),
  • les pneus et les chambres à air,…

J’avais aussi changé tous les étriers de freins sauf un, les patins de frein, une paire de leviers (pour passer des étriers cantilever aux leviers V-brakes), les câbles et les gaines de freins ainsi que les cintres et les poignées.

J’ai construit nos roues avant avec des moyeux et des rayons neufs sur des jantes d’anciens vélos de la poste.

Arnaud, des Ateliers de la Fourmis à Beaugency, nous a confectionné 2 super roues arrières.

Certainement grâce à cette préparation, après 5 mois de voyage et plus de 3000 km parcouru, nous n’avons pas subis de grosses avaries.

Néanmoins nous avons à déplorer :

  • 1 crevaison (chambre à air et pneu éventré sur 10 cm) de la petite roue de la carriole d’Isabelle,
  • 3 crevaisons (2 à droite, et 1 à gauche) sur les roues de la carriole d’Auriane,
  • 2 jeux de patins de frein,
  • 1 câbles de dérailleur,
  • 2 chaines

Maël nous a aidé à tracter la carriole d’Isabelle entre Ulm et Passau en Allemagne, mais son vélo n’était pas adapté (trop souple à cause de la suspension arrière). Après une série de zig-zag en pleine ligne droite et une chute, nous avons changé :

  • 1 dérailleur et son câble,
  • 1 axe de roue arrière spécifique pour la carriole,
  • 1 axe vertical de la carriole.

Puis, plus récemment,

  • 1 couronne 32 dents (qui en avait perdue une pour une raison inexpliquée juste avant d’arriver à Budapest),
  • 1 paire de pédales (qui ont pris du jeu dans les roulements),
  • 1 dérailleur (qui, l’âge et l’usure aidant, avait du mal à suivre les indexes),
  • 2 cassettes (et donc 2 chaines),
  • 1 paire de leviers de freins,
  • 1 étrier de frein (celui que je n’avais pas changé l’hiver dernier),
  • 4 paires de patins de frein.

Les armatures en aluminium de nos deux sacoches de guidon Vaude ont cassé. Lors de son séjour avec nous à ULM, Maël a pu nous récupérer 2 chutes d’aluminium aux dimensions adéquates. J’ai pu les travailler pour refaire des armatures et les changer.

Après un nettoyage et un graissage, les vélos et les carrioles sont de nouveau près à faire quelques milliers de kilomètres !